lundi 28 octobre 2013

Coeurs de rouille de Justine Niogret








Synopsis:

La cité du ciel est en plein déclin. Les robots, jadis fidèles serviteurs, régressent jusqu'à devenir des machines stupides ou de terrifiants prédateurs. Saxe est un artiste qui survit en travaillant sur les golems actionnés par magie. Dresde est une jolie automate qui n'a connu que le luxe avant que son maître l'abandonne. Tout les sépare, et pourtant ils vont partager un rêve commun : s'enfuir de la forteresse volante. Traqués par un tueur mécanique qui écorche les humains pour voler leur peau, ils se lancent dans une course peut-être sans espoir : retrouver la mythique porte ouvrant sur la liberté.



Mon Avis:
 
La rencontre entre Saxe un jeune homme né et vivant dans une cité métallique avec un robot, un golem nommé Dresde.
Dresde est la dernière de sa génération un robot comme Saxe n’en avait jamais vue.. Son désir de partir de voir le soleil de quitter la cité est le même désire qui anime Dresde. Ensemble ils vont s’enfoncer au cœur de la cité. Une cité froide métallique ou l’on sent la tristesse et la détresse, laisser à l’abandon par ses habitant.
Saxe se souvient des histoires de son enfance. Une porte mythique qui pourrait les amener vers la liberté. Dresde et Saxe après une rencontre houleuse fond route ensemble dans les niveaux inférieur de cette cité afin de la quitter.
C’est sans compter sur les difficultés qu’il rencontre. Un troisième personnage dans cette histoire. Mais un personnage qui lui souhaite rester dans la cité, souhaite la faire revivre. Pue-la-viande, ce golem des ancien temps cherche à « tué » les golems de nouvelle génération nommé agolem, afin de prendre leur énergie pour ce maintenir lui et la cité en « vie ». Lorsqu’il croise Dresde et Saxe se lance une poursuite effrayante pour nos deux héros. Qui finissent par sortir de cette cité de façon miraculeuse.
Je suis resté un peu sur ma fin. Je ne m’attendais pas un une fin si « courte », si brusque. Mais qui laisse aussi libre court à l'imagination du lecteur
Ce qui est surtout plaisant dans cette histoire c’est cette amitié naissante entre Saxe un jeune humain et Dresde un robot « millénaire ». Montrant que les machines peuvent avoir du cœur et plus que des humains véritables.

1 commentaire:

  1. J'ai bien aimé la fin, ça permet de faire travailler l'imagination ^^
    Au fait, il va y avoir une pré-quelle d'après l'auteure ^^ ce sera sympa.

    RépondreSupprimer